Il y a 51 Ans et si seulement …!

En mai 68, le préfet de police de Paris, Maurice Grimaud, écrit une lettre aux policiers, avec une phrase restée célèbre : «Frapper un manifestant tombé à terre, c’est se frapper soi-même». Un passage curieusement supprimé dans la reproduction de la lettre qui a été faite, en mai 2018, dans la revue de la préfecture de police

Maurice Grimaud Prefet 1968 PARIS

La lettre, individuelle, envoyée le 29 Mai 1968 par le préfet de police de Paris Maurice Grimaud aux policiers à propos des « excès de l’emploi de la force ». Un grand monsieur

Qui avait le respect du peuple et savait diriger la Police avec les bons Messages

Messieurs les Préfets de France / Mr le Ministre de la défense a vous de Jouer PRENEZ EXEMPLE ….Évidemment, l’époque a changé. Pas forcément en bien, et notre modernité est devenue une médiocrité. Nous sommes d’ailleurs globalement dirigés par des médiocres.

Charles Gave a d’ailleurs intitulé l’un de ses ouvrages Des lions menés par des ânes.Les lions c’est nous mes amis, le peuple de ce grand pays. Les ânes, ce sont évidemment nos mamamouchis. Nous vous laissons faire la comparaison avec ceux qui, aujourd’hui, « pilotent » notre nation. Parce que nos policiers sont les détenteurs de la force indispensable que l’État doit exercer pour maintenir l’ordre, ils doivent être irréprochables afin que la violence, indispensable parfois, reste acceptée par tous.

VOILA NOTRE POLICE D’AUJOURDHUI PLUS AUCUNE REGLE !

EST CE UN FAKE?!

Ce contenu a été publié dans manifestation, Média, Politique, Répression, Violences policières, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *